• Les fêtes de fin d'année au Japon

    « Vous le remarquez souvent dans vos oeuvres préférées, les fêtes de fin d'année sont quelque peu différentes au Japon. Pour ne rien rater de cette période magique, voici une présentation de Noël et du Jour de l'An vus par les Japonais à travers les manga et les animes.» - paru dans l'Animeland 2010
          _________________________________________________________


    Heureux petits veinards que nous sommes. Les vacances de Noël nous permettent de faire la fête et de nous reposer avant une nouvelle année pleine de surprise. Au Japon, ces congés n'existent pas. Heureusement, l'empereur AKIHITO a eu la bonne idée de naître un 23 Décembre. Cette date est par conséquent fériée, mais pour le reste de la fin d'année, les écoles sont ouvertes et les bureaux continuent de grouiller de travailleurs.


    PLUS COMMERCIAL QUE JAMAIS

    Rappelons que le pays est majoritairement shintoïste et bouddhiste ce qui laisse peu de place à une fête chrétienne telle que Noël. Mais comme toutes grandes fêtes commerciales, Noël s'est peu à peu développé à sa manière. Dès début décembre, les grandes villes s'illuminent par milliers aux couleurs de l'évènement. L'ensemble des grand magasins n'hésitent pas à changer leur enseigne et les municipalités s'affrontent dans un combat féroce à qui aura le plus grand sapin et les lumières les plus scintillantes. À ce titre, les épisodes de Noël de City Hunter permettent de découvrir un Tôkyô de mille feux. Les grandes enseignes en profitent pour lancer leurs soldes. Des Père Noël se placent devant les vitrines pour mette en avant leurs produits, quand ce ne sont pas de charmantes jeunes filles habillés de rouge. En ce sens, nous sommes proches du Noël américain et de son New York mouvementé à l'heure des festivités (Hana Yori Dango y passe d'ailleurs la fin de l'année). En fait, les Japonais pensent majoritairement que Noël est une fête qui vient des États-Unis, ce qui est en partie vrai pour tout le folklore existant autour du Père Noël.

     

    VIVE LE VENT D'AMOUR

    Ce dernier s'appelle Santa Claus au Japon, personnage apportant des cadeaux la nuit du 24 et venant de Saint-Nicolas. En général, ce sont les enfants qui reçoivent des présents et plus particulièrement des jouets qu'ils découvrent le lendemain. Dans un épisode de Kimengumi High School (Le collège fou fou fou), on peut voir Santa Claus demander à Rei de faire la tournée à sa place auprès des enfants de son quartier. Dans Card Captor Sakura, les enfants se font des cadeaux entre eux et dans Cat's Eye, il n'y a que Ai (Alex) qui a le droit à un cadeau car elle est la plus jeune. Comme tous les mythes du pays, Santa Claus existe réellement pour les Japonais. Comme un yôkai ou un kami, le gros barbu en rouge est une croyance, une superstition, et il n'y a aucune raison de chercher à connaître la nature de son existence.

    Pour les plus grands, Noël est l'occasion de faire la fête. On se retrouve entre amis au restaurant ou dans une grande réception municipale. Rappelez-vous le Noël de Kimagure Orange Road organisé par un Kyôsuke surexcité, même s'il le revit quatre fois à cause de ses pouvoirs, ou encore celui de Ranma dans l'une des OAV. Mais avant tout l'ambiance de Noël est la bonne occasion pour déclarer sa flamme à son cher aimé. De plus en plus, le 24 Décembre au soir a tendance à devenir une autre fête des amoureux. Dans City Hunter, le jour de Noël est idéal pour se marier, dans Love Hina, Keitarô pense à Noël pour se rapprocher de Naru malgré les révisions. Ce sont également les moments les plus émouvants entre Ran et Conan, une fois par an (même si la temporalité n'avance pas). En général, dans toutes les comédies sentimentales (I"s, Suzuka), au moins un épisodes ou un chapitre est consacré à Noël durant lequel les héros se retrouvent en tête à tête. 

    Les fêtes de fin d'année au Japon

    Les fêtes de fin d'année au Japon

    Les fêtes de fin d'année au Japon

    Les fêtes de fin d'année au Japon


    EN FIN D'ANNÉE, TOUT DOIT DISPARAÎTRE

    Dès le 26 Décembre, toutes les illuminations disparaissent et laissent leur place aux décorations pour la nouvelle année. Mais les enseignes des grandes villes savent que leurs clients vont rapidement s'en aller. En effet, le 31 Décembre, tout le monde rentre dans sa famille en province. Le jour du réveillon est très important: Il s'agit de faire table rase du passé pour accueillir la nouvelle année. Les femmes se mettent au ménage pendant que les hommes regardent les best of de l'année à la télévision (comme le Kohaku Utagassen, émission invitant depuis 1959 tous les plus grands noms de la scène musicale). Dans Fruits Basket, les Soma se réunissent pour cet évènement, même si Kyo ne souhaite pas y aller et préfère rester avec Tohru. Le dîner est souvent copieux, mais on garde de la place pour le toshikoshi soba (nouilles de sarrasin) servi juste avant minuit, représentant tous les évènements de l'année qu'on laisse définitivement derrière soi; on peut voir Masato en déguster avec Miyuki de Mitsuru Adachi. Puis, à minuit, le joya no kane - un gong - sonne 108 fois, comme les 108 passions qu'il faut éliminer pour la religion bouddhique. Rappellons que Death Note s'est arrêté au 108e chapitre pour cette même raison. Plusieurs séries montrent les héros allant au temple à minuit avec leur famille. On y jette une pièce et on fait un voeu pour l'année. C'est comme cela que les bonzes récupèrent une grosse partie de leur budget pour l'année à venir.

    L'ANNÉE COMMENCE EN FANFARE

    Puis, les 2 et 3 Janvier, les Japonais prennent des jours pour se reposer. Mais en fait, ils en profitent pour se rendre dans des grandes fêtes où ils retrouvent leurs anciens camarades de classe. Ces deux jours sont souvent utilisés pour des réunions d'anciens que l'école organise. On peut en voir une dans Le Sablier, bien que tout le monde ne se retrouve pas au rendez-vous. Finalement, à la reprise du travail, on est souvent fatigué d'avoir trop arrosé la nouvelle année.

    Notons également les cartes de voeu que les japonais doivent absolument recevoir le 1er Janvier, ni avant ni après. Ces cartes se ressemblent toutes: elles sont blanches, portent un numéro au dos et permettent de participer à une tombola avec des télévisions, des produits ménagers ou des timbres à gagner. Du côté des étrennes, c'est en général la famille qui envoie aux plus jeunes un petit billet pour bien commencer l'année.

    Avouons-le! Les japonais adorent les fêtes. Non seulement cela permet de bien manger et de bien boire, mais c'est aussi l'occasion d'un questionnement sur l'année écoulée et de faire de nouveaux projets. Et même si ce sont les plus jeunes les plus gâtés, rappelons que les japonais, comme nous, restent de grands enfants.

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :